17 Mars : Tatopani – Ghorepani

Journée de marche (1100 à 2800m) sur les fameux escaliers népalais au travers des villages, plantations et autres forêts/jungles perchés de rhododendrons fleuris…. On arrive avant la pluie, très belle journée de ballade mais fatiguante…J’ai terminé mon bouquin mais en acheter un sur le chemin est si cher (7€) incroyable !

J’en ai négocie un pour 500 Rps plus un paquet de gâteau népalais.

J’ai retrouvé des jambes. La journée de repos a fait du bien mais en fait, je sens que marcher commence doucement à me fatiguer même si cette étape m’a quand même réconcilié avec la marche car on ne peut pas dire que les descentes du trail me laisse un souvenir impérissable hormis les vues sur les montagnes… Peut-être le side-trip vers les chutes du Dhaulagiri valait le coup mais le temps était incertain et la motivation basse. EN plus, difficile de comprendre avec le guide si, oui ou non, on peut prendre un bus, court-circuiter une étape etc… La peur de perdre une journée de salaire sans doute.

18 Mars : Ghorepani (2860)- Poon Hill (3193) puis Chhomrong (2170)

Bon le réveil à 4h du mat pour monter à Poon Hill pour voir le lever du soleil et surtout le panorama sur l’Annapurna range (Annapurna Himalaya et le Dhaulagiri… Extraordinaire et chanceux car je crois qu’il y avait eu pendant 2 jours de la brume.

Bon comme d’hab, ce fut trop tôt pour moi surtout qu’à Ghoepani, on voyait aussi bien mais nous n’avions pas la vue à 360° du haut de colline.

Sinon l’étape fut placée sous le signe des vues sur le Dhaulagiri et surtout sur l’Annapurna (South) et le Machhapuchhre. Tout le long, on a eu des vues splendides sur les montagnes tout en traversant la jungle et les forêts de rhododendrons en fleurs.

Nous continuons les escaliers… beaucoup… de la montée moins…

A midi, un aigle ou rapace tourne autour d’une proie ou s’amuse pas loin au-dessus de nous et de la vallée devant nous. C’était à Tadapani. Le reste est de l’escalier entre les champs et la forêt pour atteindre Chhomrong.
Grosse étape de 8 heures pratiquement.

19 Mars : Chhomrong (2170) – Himalaya (2920)

Va falloir que je fasse attention. Je suis moins vigilant (surement un peu de lassitude) et voila que je me fais 2 fois une hyper flexion du genou plus une ou 2 de la cheville et tout ça dans la première heure de marche.

Encore et toujours de l’escalier, plutôt en montée. Je vais assez vite en montée mais je peine sur la descente. Je commence à recompter les jours.  Au début descente mais quelle descente, puis 90% du temps de la montée. Ca me va. Il faudra faire attention au retour d’autant que nous allons faire en une étape de descente, les 2 dernières de montée, c’est-à-dire celle du jour et celle du lendemain.

Etape de 5 heures, plus 2 heures de à dej…

J’aimerai que l’on accélère, et que l’on fasse le retour en 2 jours au lieu de 3 mais je n’y crois pas trop. Un arrêt aux sources d’eau chaude de Hinayana puis la quille à Nadya pul serait parfait mais le guide a laissé ces affaires au lodge de Chhomrong… je sens plus une troisième étape light…

20 Mars :  Himalaya (2920) ABC Annapurna Base Camp (4130)

La dernière étape avant le Base camp de l’expédition anglaise en 1970. La française était passée par le versant Nord, or là, nous arrivons pas le sud.

De la montée en marche mais beaucoup  moins que l’étape précédente. On passe par un arrêt intermédiaire (Deurali) avant d’atteindre la Machhapuchhre (la montagne sacrée dont le sommet est en queue de poisson « fish tail ») Base camp à 3700 pour le déjeuner.

Au MBC, vue sur un chamois népalais (Thar) sous un rocher à un endroit impossible… et il s’en est sorti ! Même les animaux népalais s’accrochent n’importe où !

On a suivi la rivière jusque là mais, maintenant, bifurcation vers la gauche pour dans une sorte d’arène ou plutôt un sorte de cirque pyrénéens tel Gavarnie sauf que nous sommes à 4000m et les montagnes autour sont à 3 ou 4 km à notre verticale. Impressionnant !

Sur cette montée ultime, j’ai vu plein de papillons qui vivent donc à cette hauteur.

L’Annapurna ne s’est dévoilé qu’à la fin de la journée (nuages…)  mais le somment sud  à 7219 fut visible la majeure partie de la journée. Pendant ce temps, je suis resté à écouter le glacier Sud vivre (bouger, craquer,  entendre les pierres qui roulent etc)

Une stèle ou stupa sûrement funéraire est installée là en mémoire de ceux qui ont péri en montagne… Quelle idée de grimper là haut !

Le cirque est quand même impressionnant et la montée vaut le coup. Je comprends pourquoi ce trek est aussi couru. Il paraît que c’est la guerre à la haute saison pour réserver un lit dans les lodges. Veux bien  le croire.

Ah oui, une traversée de rivière s’est mal passée pour moi. Mon guide me montre le chemin sur 3 pierre que lui passe sans encombre. Malheureusement, les pierres étaient recouvertes de gel par l’action de l’eau glacée, du coup, j’ai mis les pieds dans l’eau à son grand étonnement car lui état passé en basket !

Mon honneur est sauf car, le porteur, passé avant, a eu les pieds mouillés  mais n’a rien dit, histoire de rire avec un des ses amis.

21 Mars : ABC Chhomrong

Bon voilà le sens inverse ou le retour.

Grosse descente tout le long sauf quelques rares montées entre Bamboo, Kuldhigar et les escaliers de Chhomrong.

D’ailleurs je vais commencer avec cela. J’avais noté cette descente en me disant qu’elle serait difficile au retour en montée… euphémisme que tout cela…

De 1920 voire 1990 m à 2170…Cependant notre hôtel est plus proche du sommet de la colline qui culmine à 2240.

Allez en gros, on vient de se faire une Tour Eiffel par l’escalier mais en pierre. Je suis vanné d’autant que pour une fois, je n’ai pris que omelette et une soupe à midi au lieu du Dal Bhatt bourratif.

En partant de l’ABC, un hélicoptère aurait déposé des gens qui allaient skier. Quel luxe, car je ne vois pas de pente monstrueuses mais il y a de quoi faire quand même.

Finalement, bien content de m’arrêter là et de ne pas continuer jusqu’aux sources chaudes même si ce n’était que de la descente… de marche encore.

La descente montre les vrais montagnards, et les pas de mon guide ou porteur sont plus aériens que les miens, mais je les ai suivi tant bien que mal… On verra l’état des pieds après le trek.

22 Mars : Chhomrong (2170) Gandruk (1940)

Après la montée énorme de plus d’une tour Eiffel la veille, nous voici finalement sur le chemin de Ghandruck pour terminer le trek en 2 jours au lieu d’un.

Sur ce fait, on descend à Jhinnudanda, lieu des sources chaudes.

Elles sont juste en dessous de Chhomrong ce que représente une descente de près de 300 mètres d’escaliers sur un coteau… ça augure bien.

Les sources sont sympas, en bord de rivière, mais à 15 minutes des hôtels ou 25 minutes en montant. Elles sont plus sauvages que celles de Tatopani ce qui est mieux, mais la baignade a l’effet d’une sauna donc je suis d’une mollesse après coup.

Après déjeuner ici, il nous reste 3 heures de route jusqu’à notre lieu de résidence du soir. Une route à travers les « collines » cultivées du Népal à travers champs et flancs de montagnes. C’est à se demander pourquoi on parle de montagnes russes alors que l’on devrait dire montagnes népalaises tant ici les montagnes sont escarpées ou raides.

Sinon je suis dans le dur car j’ai l’impression que mon trek est terminé alors que non.

Le village Gurung de Gandruk est beau et vaut le coup d’y passer. Il paraît que beaucoup de soldats de la légendaire force des Gurkhas népalais de l’armée de sa gracieuse majesté viennent d’ici. On comprend quand on voit le physique que doit engendrer les montées et les descentes de marche comme celles de la région, avec des sacs pas possibles sur le dos.

Ce soir, 2 bouteilles et demi des raksis pour fêter la fin du trek.

Autre point intéressant, on a failli assister à une bataille de buffles mais le prétendant ou challenger s’et dégonflé au dernier moment mais cela a fait du bruit, reniflé mais finalement rein fait hormis bramer…

23 Mars Gandruk – Naya Pul

C’est la fin, 3 heures de descente en escaliers puis le long de la rivière. Des groupes passent de l’autre côté pour commencer leur trek et j’ai envie de leur dire bonne chance avec un petit sourire au coin de la bouche.

Allez un taxi pour Pokhara et les jours de récup commencent. Je vais me faire un de ces repas en arrivant.

Les photos de ce trek sont visibles en cliquant sur ce lien

5 Comments to “Journal de bord de montagne 3”

  1.  Marie said on

    Waouh !
    je suis un peu en retard je sais mais ton récit m’a coupée le souffle ! Quelle aventure !
    J’espère que tu as bien récupéré depuis… Je commence la suite de tes avantures…
    Bises
    Marie

  2.  Marie said on

    euh … « avEntures » !!! biensûr !

  3.  charles said on

    sympa de suivre mes aventures et otres :-)
    la biz

  4.  Steve said on

    sympa de suivre mes aventures et otres :-)
    la biz

  5.  sathimeaftert said on

    Just want to say what a great blog you got here!
    I’ve been around for quite a lot of time, but finally decided to show my appreciation of your work!

    Thumbs up, and keep it going!

    Cheers
    Christian,Earn Free Vouchers / Cash

Leave a Reply