12 Mars : Tilicho Peak Hôtel – Yak Kharka (4018)

Pour rejoindre le chemin de l’Annapurna trek et revenir sur le trajet initial, on coupe à travers montagne par Chyongo pour rejoindre la bonne vallée au niveau de Ghyanchang lorsque le trail de l’Annapurna traverse la rivière du même nom.

Ce chemin est agréable avec peu de montée et plus de descente, malheureusement, le versant nord que l’on a descendu est plein de neige d’où une certaine difficulté à le prendre.

Mon coup au dessus de la cheville le fait extrêmement mal lors des descentes, alors que la douleur est supportable sur le plat et encore plus en montée.

Je ne peux pas fermer ma chaussure jusqu’au top. Je vais glacer ce soir puis on verra.

D’ailleurs il fait tellement froid que la neige que j’applique depuis un sac plastique sur mon coup à la cheville ne fond jamais.

Comme d’habitude, le temps se couvre. Cependant, il est plus menaçant que d’habitude et il commence à neiger dru. Il doit tomber pas loin de 10cm. Le throng la demain sera à quitte à double, soit un peu de fraiche, soit impossible.

Nous dans 2 jours, je crains de la neige plus dur donc pas bonne pour la marche.

De toute façon, chaque chose en son temps. Comme j’ai pris un jour de retard  sur le planning, je devrai être en ce moment, à l’hôtel de Throng Pedi à 4500 en me demandang si je me lève demain à 3 heures.

Sinon à la nuit tombée, le ciel se dégage comme par enchantement et d’habitude. On verra demain l’état de ma cheville avec le chemin jusqu’au dernier stop avant le grand col.

On a partagé la route avec un slovaque qui ne se sentait pas d’aller au tilicho lake. Pas sûr qu’il soit demain avec nous tellement il est blanc comme un cachet.  Un problème lié à l’altitude.

EN tout cas, il fait froid et j’ai terminé mon bouquin plus vite que prévu. Prochain bouquin à trouver sur la route, celui de Maurice Herzog sur l’ascension de L’Annpurana (60 ans oblige) ou la Mort supendue, une histoire d’escalade qui tourne mal mais en anglais…

Au fait, je ne glace pas ma cheville, je la neige… C’est pas que c’est pas pareil, c’est que c’est différent mais la température est tellement proche de 0 que je ne sens pas la différence avec la température ambiante, alors que les gens ici se promènent en tongue sans chaussette.. incroyable malgré le temps… il paraît qu il y en a qui traverse le col à 5416m comme ça…

Sinon, en achetant des biscuits, je tombe sur mon porteur en train de boire des raksis, évidemment, je me dois de les accompagner sur leur proposition, surtout que le guide va arriver ainsi que 3 autres guides ou locaux.. me voilà entouré de népalais, autour d’un feu… On se croirait dans l’ambiance refuge mais en népalais….

Pas « pas pareil, différent »….

13 Mars Yak Kharka- Throng Phedi (4500)

Chemin court pour arriver au départ de l’étape reine…

Vallée blanche le matin suite aux neiges de la veille mais on ne retrouve qu’une fine couche finalement qui disparaît dans la journée.

Même schéma de journée, beau le matin, cela se couvre en début d’après midi puis neige.

Là c’est carrément neige avec orage !

Ce qui est encourageant, est que les marcheurs de la veille sont passés.  J’ai peu qu’après la journée de neige hier, la montagne soit plus froide et que la neige tienne mieux ce qui ne rassure guère.

On verra demain. Le petit dej est prévu à 3h30, départ à 4 selon les conditons.

Aujourd’hui, l’étape fut terminé à 12h.  J’ai trouvé un bouquin en français, un bon polar à la lecture facile « Ne le dis à personne ». cette lecture tombe bien, je suis seul dans mon lodge, mon guide ayant choisi son lodge habituel, les occidentaux sur la route sont dans l’autre…

Sinon, je me pose forcément des questions :

Un passage à 5400, la neige, des possibilités d’avalanche et des problèmes liés à la très haute montagne, pas d’Arva, pas d’encordage (bon y a pas de glacier c’est vrai) mais tout cela a l’air un peu léger…

14 Mars : Throng Phedi (4450) – Throng la Pass (5416) – Muktinath (3760)

Lever 3h, enfin 3h20, petit déjeuner 3h30, départ 4h plutôt 4h10.

Un ciel étoilé pour partir à la frontale en direction du pass.

Passage par le High Camp (4925), une montée régulière mais un peu raide mais je ne vois rien car je reste concentré dans l’obscurité sur le chemin recouvert de neige… Après ce camp, la montée est régulière et douce jusqu’au col.

On a dû partir les premiers et arrivés mes premeiers en haut à 7h25 environ.

Je suis chanceux, aucun problème d’altitude, une vitesse de croisière satisfaisante sans forcer l’allure avec peu d’arrêtd mais une marche lente et régulière et une arrivée rapide au col le plus haut du monde paraît-il..

Pas d’avalanche, route enneigée mais pratiquable, par contre, la descente côte mustang est longue avec plus de 1600m donc ca tape les pieds surtout les orteils mais la vue est magnique sur le Dhaulagiri (la montagne blanche..un peu leur mont Blanc), le Nilgiri, le Tukucha.

Suis content, je ne suis jamais allé aussi haut de ma vie…et sans problème…

Arrivée vers 12 heures apres 3h30 de décente environ. On est bien monté (étape de 9 heures en moins de 7…)

A Muktinath, visite d’un temple sacré avec 108 fontaines où les indiens se font poser en moto taxis.

Rencontre avec un français, ancien légionnaire, qui vit 7 mois de l’année en France dans un bus, puis 2 mois de bougeotte en France puis 3 à l’étranger comme le Népal.

Son but : Faire le tour de l’Amérique du Sud en Bus d’ici 2-3 ans.

Une bouteille d’Apple Brandy partagé avec ce français, guide et porteur, pour fêter mon passage, alors que pour eux, c’est du métro boulot dodo.

15 Mars : Muktinath- Kagbeni – Marpha.

Chemin en descente jusqu’à Kagbeni, la frontière ou la porte vers le Mustang.

On suit la rivière mais la piste devient une route. C’est plat et long et sans intérêt hormis le paysage magnifique mais je n’aime pas marcher dans ces conditions.

Arrêt à Marpha où j’ai bu des raksis et mangé du bœuf en apéro avec mon guide plus sherpa dans la cuisine d’une femme avec 9 autres népalais qui voulaient aussi leur boisson au gout bizarre. C’était assez amusant. J’ai pu acheter le livre d’Herzog sur l’ascension de l’Annapurna il y a 60 ans. En plus, je vais passer devant le lieu de ces exploits avec Lachenal et son camp de base d’expédition.

16 Mars : Marpha Kalopani :

Encore une journée de marche sur le lit de la rivière en suivant la route. Le Dhaulagiri est sous les nuages. On ne s ‘arrête pas faire les icefalls car nous avons en fait 2 jours de retard sur le programme et puis c’est une longue promenade avec un temps incertain pour la vue. Aujourd’hui je me sens las. J’ai envie de faire des montées/descentes mais pas du plat

Vivement Tatopani

Passage devant Tutuche le lieu où l’expédition de 1950 s’est établi pour reconnaître les voies d’ascension du Dhaulagiri et de l’Annapurna.  Les cartes de l’époque (indienne) étaient vraiment incomplète car ils pensaient pouvoir passer par le col de Tilicho jusqu’à l’Annapurna ou prendre une vallée en coude vers le Dhaulagiri pour le monter, et en fait, il n’en est rien.

Ce qui est marrant c’est que le même temps a accompagné Herzog dans sa reconnaissance  du Dhaulagiri. En lisant son livre, j’essaie de situer sur la carte chacun de ses mouvements. Les cartes de l’époque sont vraiment incomplètes voire fausses. Avant de monter, il y a donc des reconnaissances topographiques monstrueuses à faire… C’est incroyable et dire que c’était il y a 60 ans… C’était vraiment l’inconnu à l’époque au Népal, des mois de missions pour atteindre Tukuche et s’intéresser aux mmontagnes de l’Himalaya, dit le 3ème pôle à l’époque.

17 Mars : Kalopani-Ghasa-Tatopani :

2 heures de marche et une heure de bus pour se reposer et nous retrouver à 1200m.

Bonne journée de repos avec 2 parts de tarte, 2 Dal Bhat 1 pot de peanuts butter et une plaquette de chocolat. Je me sens requinqué.

Le taxi-bus est évidemment bondé, 12 dans une jeep et une réparation de fortune de l’accélérateur  avec 2-3 tours de manivelle sur la route… incroyable !

Faudrait que je comprenne la différence entre nos voitures ou mécanos en France et ici.

Allez la dernière ligne droite du trek se dessine avec Ghorepani et sa vue depuis Poon Hill sur tous les Annapurnas et Dhaulagiri puis on enchaine sur l’ABC.

Leave a Reply