La Franc-attitude

septembre 7th, 2010

Comments ( 2 )

Posez la question lors d’un voyage hors territoire, à vos compagnons du jour, ou lorsque l’on rencontre d’autres exilés, ce qui de leurs pays respectifs, leur manquent le plus… Et je pense que vous serez étonnez de la réponse.

Ma première expérience de ce genre fut lors de mon année d’ « auberge espagnole » en Angleterre grâce au programme Erasmus, et tous mes voyages ont confirmé cet aspect particulier.

Le voyageur, l’exilé, le déraciné, le vagabond, le « chemineur », le « sur la route » a toujours une pointe de nostalgie en évoquant son beau pays, ses paysages qui lui manquent mais surtout ses amis ou sa famille si loin de lui.

Le français, lui aussi, a la larme à l’œil en évoquant aussi ce qui lui manque ; du bon pain, des viennoiseries succulentes, de la charcuterie comme le saucisson, le jambon fumé, le foie gras, des pâtés, les fromages qui puent bien à nous, nos plats caractéristiques régionaux ou nationaux, notre gamme de vins si complète, notre champagne, notre gastronomie, quoi,…notre art de vivre avec la tablée qui dure des heures et des repas pantagruéliques qui se terminent en chanson ou en repas du soir. La Famille et les amis eux aussi nous manquent, mais après ou pour accompagner…

Posez cette question et vous verrez une différence de réponse nette selon les pays. D’ailleurs, c’est bien un américain et un allemand qui m’ont fait cette remarque sur notre obsession de la nourriture. Comme quoi, un peu de raffinement ne fait pas de mal.

Pour le voyageur européen et français que je suis, une arrivée aux antipodes est toujours synonyme de déracinement. Pour le tour de mondialiste que je suis, cela veut dire que depuis mon départ, je n’ai jamais été aussi loin de la France qu’aujourd’hui et que quelque soit ma direction, je ne peux que me rapprocher de mon doux pays.

Alors pour reprendre des forces, rien de tel qu’une bonne dose de France sous la douceur du Pacifique. L’étape calédonienne de l’autre côté de la terre est un bonheur absolu avec les mets français qui réapparaissent ainsi que la langue et une certaine façon de vivre…française.  On peut se mettre à reparler pacifiquement en franc et admirer la beauté de ces billets de banque pacifique.

Ainsi,  même, l’indigène, le vrai natif ancestral de cette terre, c’est-à-dire les kanaks ici apprécient l’importation des habitudes françaises ; l’exemple le plus frappant étant ma rencontre lors du GR calédonien avec 2 employés d’origine kanak des chemins forestiers qui pour leur repas avaient prévu vins français et charcuteries.

On ne se refait pas. On ne règnera jamais sur le monde mais la french touch gastronomique existe vraiment.

Si jamais vous avez peur de manquer de France, voici quelques étapes mondiales obligatoires, d’une liste non exhaustive :

-       Pondichéry pour l’Inde

-       Le Laos et dans une mesure moindre, la Cambodge en Asie du Sud-Est

-       La Nouvelle Calédonie

-       Tahiti surement

-       Et bien d’autres…

Alors soyez fiers d’être français et n’ayez aucune honte à vouloir regoûter à notre gastronomie. Et passez en Calédonie, ca vaut le coup, autant la terre (randonnée en montagne) que la mer (plus grand lagon du monde…ou piscine).

2 Comments to “La Franc-attitude”

  1.  replica ulysse nardin watches said on

    Aw, this was a very quality post. In theory I’d like to write like this too – taking time and real effort to create a excellent article… but what can I say… I procrastinate alot and in no way seem to have one thing done.

  2.  Ninie said on

    Je crois que tu aimes bien notre caillou.
    Au canada, et en Afrique tu peux aussi te sentir un peu chez toi.

Leave a Reply