Arriver au Laos, c’est arriver dans un nouveau monde même en venant de la Thaïlande voisine.

Le passage de la frontière est intéressant :

On débarque du Bus, pour la sortie du territoire Thaï, on passe derrière un comptoir, on prend un chemin grillagé à moitié, on passe des gens assis par terre dans ce que l’on appellerait le no man’s land puis on arrive dans la RDL, République Démocratique du Laos, c’est-à-dire un pays sous un gouvernement à parti unique du genre communiste. D’ailleurs le drapeau Laos est adossé au drapeau soviétique, tout rouge de sa faucille et marteau. Comme quoi, ce drapeau n’existe pas qu’en France.

A retenir de ce passage de frontière, hormis les 3 allers retours entre l’endroit où on prend un document, où l’on paie, où l’on donne un document, où l’on réceptionne ses papiers, avec 4 personnes derrière qui sont allongées et un qui travaille, est le paiement du visa.

40 dollars mais pas de photo donc plus 1$, du coup, donc je sors ma photo que j’avais oublié de mettre, du coup plus 1$ « overtime », j’avais 15 minutes pour passer du côté thaï ou côté Lao,  le chrono a dû tourner trop vite … Faisant semblant de pas comprendre, j’ai eu le droit du coup au plus 1$ pour passage le dimanche, pour ce pays bouddhiste. Du coup, j’ai compris et j’ai lâché mon George Washington… tant que ce n’est pas un Benjamin Franklin….

A propos, cela marche dans le sens inverse à la sortie du pays par la frontière Nord-Est avec le Vietnam. Un panneau vous dit ce qu’il faut payer de plus. Là 4000 Kips c’est-à-dire 0,4€, pas la mer à boire mais il faut le savoir. Dans mon cas, ce fut overtime et devant ma réponse « overtime, where ? », le second douanier s’est joint au premier pour dire en cœur… c’est dimanche. Remarquez, la veille, ils ont dit à des anglais, que l’extra c’était pour samedi… Ils ont trouvé la parade… sont forts ces laos….

Devant tant de maîtrise, je n’ai pu que m’incliner en gardant toujours le sourire…Point important ici que je vais devoir essayer de reproduire par la suite au Vietnam, ce qui tend à être plus difficile pour le touriste moyen là-bas.

Leave a Reply