Bon soit mon anglais est nul et je dois réapprendre certains mots, soit je n’ai pas compris ce que me disait mon bouquin sur l’Inde, à savoir faire des réservations dans les villes de pèlerinages ( en gros, beaucoup dans le Sud …). Cela amène sur un point important qui est de faire quelque fois des réservations à l’avance. Il est donc fort opportun d’avoir un téléphone et j’ai effectivement maudit le moment ou la flemme et la procrastination m’ont fait dire à mon vendeur de carte Sim sur Pondicherry…. « Lâââter »…

Après avoir fait un dizaine d’hôtel et pris un taxi afin d’en faire d’autres, je me suis résolu sur les coups de 18 heures de faire l’essentiel de la ville à savoir, le temple et son fort perché sur la colline. Quand j’ai exposé mon plan à mon taxi, il a opiné, comme tout indien, latéralement de la tête d’un mouvement naturel, qui veut dire à la fois, « ok »,  ou« demain il fait beau », ou « chéri, n’oublie pas de descendre les poubelles dans la rue, demain, c’est mardi, et comme tous les jours, pas sûr qu’ils passent ».

Bon mon taxi ne parle que le tamoul et comme je ne travaille pas en restauration en France, ma conversation fut difficile. Cependant, le plan fut convenu et nous sommes partis vers le temple dans une circulation démentielle et notre trajet a pris plus d’une demi heure.

Le temple, encore plus gros que le précédant était plein de pèlerins, plein d’encens et de prêtres de tout genre.

La visite faite, me voilà dans un dilemme cornélien, mon train n’est plus à 20 heures mais 19h30 d’après mon taxidriver à moi… Ne voulant le transformer en un De Niro indien version rickshaw, je le crois malgré ma précédente information qui relevait d’une source fiable… La mort dans l’âme, je me résous à ne pas monter en haut du fort et de jouer la sécurité au moins en terme d’horaire pour mon train… Sécurité bien aléatoire dans un mini rickshaw passant entre voitures, camions, bus et écartant vélos et piétons… une vraie loi de la jungle.

Arrivé à 19h10, dans un gare que j’avais quitté 2 heures plus tôt, je m’estime finalement content d’être en vie surtout qu’un sorte de gros furoncle cachait un peu la vue de mon chauffeur qui profita du paiement pour me le montrer soit pour que j’appuie dessus soit pour me demander plus d’argent en prévision de l’opération.  Ne cherchant pas à comprendre, j’allais vers la gare pour acheter mon précieux sésame d’un train que l’on m’avait dit à 20h, puis à 19h30 pour finalement le prendre à 20H40… le mystère des horaires indiens.

Evidemment, le train indiqué Madurai n’était pas le train à prendre car « trop lent » d’après le contrôleur SNCF local… ce train devait surement arrivé le lendemain , car mon train rapide lui est arrivé à minuit passé à Madurai.

Evidemment mon train venait de Bombay et allait à Kovalam soit un de ces fameux trains indiens monstrueusement grands et faisant des distances incroyables…un voyage de plus de 30 heures..

Evidemment, dans ce cas, j’ai pensé à Boris Vian et sa machine humaine

Evidemment, cela n’a pas duré longtemps car je ne l’ai pas lu comme tout élève moyen

Evidemment, dans le roulis du train, j’ai regretté mon manque d’intérêt pour la lecture

Evidemment , ce fut un poil long malgré les conversations avec des indiens sur mes prochaines visites et sur ce qu’il faisait dans le train

Evidemment, ils faisaient un pèlerinage vers un grand lieu sacré dans le Sud

Evidemment, j’ai mangé indien dans le train

Evidemment, un cab driver m’a abordé à la gare

Evidemment, il connaissait un super hôtel

Evidemment, l’hôtel donnait envie de tout sauf de rentrer dedans

Evidemment, la chambre fut conforme à la façade de l’hôtel

Evidemment, ces histoires de beauté intérieure par rapport à la beauté physique, j’ai voulu y croire, jusqu’à mon réduit/chambre

Evidemment, j’ai voulu me rebeller mais il était 1 heure passée et j’avais déjà fait une ville sans trouver de chambre

Evidemment, j’ai essayé de dormir

Evidemment, des moustiques m’ont joué l’air de la Walkyrie toute la nuit avec tout ce qu’il y a de pompeux et de digne d’un bombardement de la guerre en 40

Evidemment, j’ai essayé de prôner la non intervention et la neutralité

Evidemment, dans ce cas, je ne suis pas la Suisse mais plutôt le Belgique donc mon opposition a trouvé que ma neutralité n’avait pas de valeur intéressante

Evidemment,  à 3 heures du matin, après 17 atterrissages réussis dans les 2 oreilles et des beaux débuts de forage dans le dos et le visage,  j’ai décidé d’utiliser la politique de la terreur par le rouleau d’encens ultra chimique

Evidemment j’ai dû perdre 7 ans de vie dans l’histoire car la composition du produit est  dit être 100% chimique et en plus avec une nouvelle formule plus efficace venue d’Allemagne… cela voulait tout dire, j’étais dans l’ambiance…mais j’ai pu fermer l’œil même si le réveil fut terrible comme un lendemain d’hostilité  à cause du manque de sommeil et les vapeurs d’encens tue-moustique

Evidemment, j’étais content d’être à demain

Leave a Reply