Un début de destin commun sur le caillou? Car la calédonie recèle de plein de population, les « zor », ou oreilles pour les déracinés de métropole,  les caldoches ou blancs issus de familles installées depuis longtemps sur l’ile depuis le temps des bagnes, ou des exilés de droit commun d’après commune, les kanaks, les natifs originels de l’ile qui appliquent aussi leurs lois coutumières à la loi républicaine et puis les vagues d’immigration des iles voisines, vanuataise ou plus loitaines de Wallis et Futuna sans compter les asiatiques.

EN tout cas, référendum pour l’indépendance en 2014.  Plus de 20 ans, depuis les accords de Matignon où le pays a pu se forger une voie originale vers plus d’autonomie et choisir son propre chemin.

Le nickel aide le caillou à survenir à sa propre destinée mais des liens historiques attachent ce pays à la France aussi bien qu’au pacifique. Cette auto détermination  du peuple et le chemin tracé est paraît-il pris en exemple pour essayer de trouver des solutions pacifiques à des conflits territoriaux dans d’autres lieux dans le monde.

Le Vanuatu est souvent pris comme exemple du chemin à ne pas suivre pour les « anti-indépendance », pays devenu un lieu de blanchiment d’argent et de non-droit mais aussi un pays où les australiens ont débarqué en force et il semblerait que l’on regrette un peu les français. D’ailleurs le Vanuatu fut un condominium franco-anglais et les meilleurs souvenirs laissés par les méchants colons furent par les français paraît-il…On mettra un bémol à cette affirmation faite par des ex vanuatais mais qui ont grandi côté français.

Encore une ile à visiter pour ses fonds coraliens incroyable, son volcan actif et pour la douceur et la gentillesse de la population et aussi paraît-il pour une des meilleures viandes du monde.  Dans mon cas, il va falloir que je revienne car je n’ai pas pu y aller. J’ai été pris par la douceur de vivre des iles et je n’ai pas vu le temps passer…(rien à voir avec la musique de Roch Voisine)

Mon album photos sur la Nouvelle Calédonie

Ah pacifique quand tu nous tiens…

Leave a Reply